6 juillet 2017 killing-floor-2

Test du jeu Killing Floor 2

Développé et édité par Tripwire Interactive, Killing Floor 2 est un jeu vidéo de tir à la première personne particulièrement sanglant. Il est accessible officiellement sur Windows et PlayStation 4 depuis 2016.

Présentation générale du jeu Killing Floor

Faisant suite à Killing Floor, ce jeu aux thèmes post-apocalyptiques et de monstres offre la possibilité d’utiliser 9 catégories de personnages (contre 7 dans son prédécesseur), dénommées « perks », cliquez ici pour visiter le site officiel. Chacune d’elles fournit un double groupe de capacités appelées « skills », qui peuvent être obtenues depuis cinq en cinq niveaux, à partir du niveau 5 et ainsi de suite, jusqu’au niveau 25. En progression, le joueur est apte à se servir d’une palette d’armes, dont chacune s’allie à une certaine classe comme le swat, le commando, et autres, même si la sélection d’une telle ne dépend de la catégorie choisie avant le match. Il est aussi possible d’acheter des armements dans cet opus.

Cette suite se déroule un mois après les événements du premier épisode. Les scénarios prennent place à une époque où l’Europe est sens dessus-dessous suite à un échec d’une expérience de clonage. La société se retrouve emparée de monstres de tous genres.

Ce second épisode a repris quelques mouvements et graphismes de base, tout en apportant quelques améliorations, telles que les mécaniques de jeu.

Le principe de fonctionnement du jeu est simple, et il est possible de jouer en solo (sans aucun intérêt d’ailleurs). Mais en mode coopératif, c’est encore mieux. A ce titre, il est nécessaire de survivre à plusieurs vagues de monstres appelés « spécimens ». Le nombre de ces créatures varie entre 4 et 10. Dans la dernière vague, un boss est à tuer. Les dommages et préjudices dans les missions sont aussi variables en fonction des modes de difficultés, ils peuvent devenir un vrai cauchemar. Certains spécimens s’annoncent dangereux.

Les éléments essentiels du jeu

Killing Floor 2 impose déjà sa particularité depuis le menu principal. Le mélange de musique métal, rock et industriel formant son fond sonore lui fait un jeu unique et atypique. C’est aussi agréable de de voir que chaque perk bénéficie de ses propres objectifs et l’arsenal est excellent. Dans le perk swat, le joueur peut utiliser des pistolets mitrailleurs, de faible puissance, mais capables d’anéantir les spécimens plus vulnérables. Quant au tireur d’élite, les armes sont plus puissantes pour attaquer les monstres plus résistants, notamment Scrake.

Cependant, Killing Floor 2 est bel et bien un jeu adapté aux joueurs majeurs, étant donné la présence notable de violence : tuerie, décapitation, extractions de membres. Prenons notamment le « ragdoll », une option très performant, permettant de réaliser des envolées extraordinaires de spécimens. Tripwire, quant à lui, produit une suite trash, décorée par un fond musical allumé, susceptible de faire craquer les joueurs passionnés de jeux de survie coopératifs.

Par ailleurs, certains manques sont notables dans Killing Floor 2. Tout d’abord, il n’y a que deux boss et il n’existe pas assez de modes de jeu. Les décors destructibles n’y sont pas au programme pour le moment. De plus, cet opus est peu oppressant par rapport au premier épisode.

killing-floor-2-avis